Etablir de saines habitudes de sommeil : 24 à 36 mois

Entre leur deuxième et leur troisième anniversaire, les tout-petits ont besoin d'environ 11 à 12 heures de sommeil par nuit et d'une sieste d'une heure et demie à deux heures chaque après-midi. La plupart des enfants de cet âge se couchent entre 19 h et 21 h et se lèvent entre 6 h 30 et 8 h. Il peut sembler que les habitudes de sommeil de votre enfant ressemblent finalement aux vôtres, mais il passera plus de temps que vous dans le sommeil paradoxal et les phases plus profondes du sommeil non-REM. Le résultat ? Parce qu'il fera plus de transitions d'une phase de sommeil à l'autre, il se réveillera plus souvent que vous. C'est pourquoi il est si important qu'il apprenne à se calmer et à se rendormir.

Comment établir des habitudes de sommeil saines



Maintenant que votre enfant grandit, vous pouvez essayer quelques nouvelles techniques pour l'aider à avoir une bonne nuit de sommeil, notamment:

Le mettre dans un grand lit et le féliciter quand il y reste.



C'est l'âge auquel votre tout-petit est susceptible de faire la transition du berceau au lit, probablement parce qu'il aura dépassé l'âge où il a grandi. L'arrivée d'un nouveau frère ou d'une nouvelle sœur peut également accélérer la décision. Si vous êtes enceinte, déplacez votre tout-petit au moins deux ou trois mois avant la date prévue,conseillent les spécialistes du sommeil. Vous voulez que votre enfant aîné soit bien installé dans son nouveau lit avant qu'il ne voie le bébé prendre sa place dans son lit. Mais si l'interrupteur ne fonctionne pas bien, il est possible de le remettre à 3 ou 4 mois. Votre nouveau-né passera peut-être ces mois à dormir dans un berceau de toute façon, et votre enfant plus âgé aura le temps de s'habituer à avoir un frère ou une sœur, ce qui facilitera la transition du berceau au lit. Parmi les autres raisons d'envisager de déménager, mentionnons les sauts fréquents hors du lit d'enfant et l'apprentissage de la propreté. Votre enfant peut avoir besoin de se lever la nuit pour aller aux toilettes.

Une fois qu'il utilise son nouveau lit, assurez-vous de féliciter votre enfant lorsqu'il y passe la nuit et au coucher. Après l'enfermement de son lit d'enfant, votre enfant peut sortir de son lit d'enfant à plusieurs reprises simplement parce qu'il le peut. Si votre tout-petit se lève, tempérez votre réaction. Ramenez-le simplement au lit, dites-lui fermement qu'il est temps de s'endormir, et partez.

Votre tout-petit peut commencer à essayer de retarder l'heure du coucher en roulant pour une histoire, une chanson, un verre d'eau. Essayez d'anticiper toutes les demandes habituelles (et raisonnables) de votre enfant et intégrez-les à votre routine du coucher. Ensuite accordez à votre enfant une demande supplémentaire mais indiquez clairement que l'une est la limite. Il aura l'impression d'obtenir ce qu'il veut, mais vous saurez que vous le raisonner.

Lui donner un baiser de bonne nuit supplémentaire ou le border.



C'est correct de promettre à votre enfant un baiser de bonne nuit supplémentaire après que vous l'ayez bordé une première fois. Dis-lui que vous reviendrez le voir dans quelques minutes. Il y a de fortes chances qu'il dorme rapidement à votre retour.

Pièges potentiels



Si votre tout-petit commence à se lever plus souvent une fois qu'il a obtenu son diplôme dans un grand lit, remettez-le au lit et dites-lui bonne nuit. En dehors de cela, la façon de gérer la situation est une décision personnelle. Les opinions des experts varient. Certains disent : ne le dorlotez pas et ne l'amenez pas dans votre lit. Certains disent que tant que votre enfant s'endort tout seul, c'est bien d'y aller et de l'apaiser, et d'autres recommandent d'aller voir votre enfant immédiatement, de trouver la source du problème et de le réconforter.

Autre problème de sommeil répandu à cet âge : la résistance au coucher. Facilitez ou évitez le problème en anticipant et en gérant les demandes avant le coucher de votre enfant. Peu de tout-petits courent joyeusement au lit tous les soirs, alors soyez prêts à affronter quelques difficultés.

Vous'remarquerez probablement que votre enfant a de nouveaux soucis nocturnes de nos jours. La peur du noir, les monstres sous le lit ou la séparation d'avec vous sont courants chez les tout-petits, alors ne vous en faites pas trop. Les peurs font partie du développement normal de votre enfant. S'il commence à faire des cauchemars, allez le voir immédiatement et parlez-lui de son mauvais rêve pendant que vous le calmez. Si les cauchemars persistent, cherchez des sources d'anxiété dans sa vie quotidienne. La plupart des experts s'entendent pour dire que si votre enfant est vraiment terrifié, c'est bien de le laisser dans votre lit de temps en temps.